Partage Bretagne Côte d'Ivoire

Partage Bretagne Côte d'Ivoire est une association humanitaire à but non lucratif dont l'objectif est de mener à bien des projets précis en Côte d'Ivoire, au Burkina Faso et au Bénin en travaillant en direct avec des responsables locaux.

02 mars 2011

les fagots

Mercredi 2 mars 2011, dernière journée pour la "corvée" annuelle de fagots. Cet après-midi, nous en avons fait 540 à Saint Gildasdes Bois; voici l'équipe des 32 fagoteurs qui vient de réaliser ce joli score:

P1040359b

Depuis le début février ce sont 52 personnes qui se sont retrouvées sur les chantiers de bois le mercredi après-midi. Certaines ne sont venues qu'une fois, mais d'autres n'ont pas manqué un seul jour... Bravo!

P1040344   P1040342

 Au total 2530 fagotsont été fabriqués; juste de quoi honorer les commandes des fournils de La Barre et de Bouvron qui comptent sur nous pour chauffer toute l'année leur four à pain.

P1040346

Le produit de la vente va pouvoir, à nouveau, être affecté à la construction du Centre d'accueil de Djougou au Bénin où les travaux avancent à grands pas. Voici quelques photos récentes:

IMGP0771   P1010594

P1010561

Merci à tous les bénévoles, travailleurs assidus, qui ne comptent pas leur temps et ne craignent pas d'affronter les rigueurs de l'hiver, toujours dans la joie et la bonne humeur. De nouveaux arrivants compensent souvent les départs de ceux que les ennuis de santé n'autorisent plus à manier la serpe; et cette année nous avons "recruté" un fagoteur-boy-scout de 63 ans.... Il nous livre ses impressions:

 

"Petit nouveau dans l'association, apprenti fagoteur, j'ai participé 3 après-midis sur 5  à l'expédition FAGOT  du mercredi

Rendez-vous à 13h30. Co-voiturage pour se rendre sur les chantiers : bois de châtaigniers, à St Gildas des Bois ou Fégréac par exemple, mais aussi à Sainte Anne sur Brivet bien sûr.

On n'arrive pas dans une forêt vierge ! Quelqu'un est passé avant nous : il a abattu les arbres, découpé les branches en bûches de 1 mètre ou plus, pour faire des piquets ou du feu de bois. Il a laissé sur place les « chutes », les branches plus petites pas rentables.

Alors, quand nous arrivons sur le chantier, un tas de branchages couchés, alignés et rangés dans le même sens, qui forme comme une longue rivière d'une centaine de mètres de longueur, nous attend. Chacun, armé de sa serpe, prend quelques mètres de corde robuste, choisit son emplacement, et commence à travailler.

Après chaque coup de serpe, la tige ou la brindille d'un mètre de longueur reste à peine une seconde dans la main du fagoteur qui la pose immédiatement à terre pour former une pile qui s'élève et s'arrondit peu à peu. Quand le fagoteur juge que la pile est assez grosse, il pose sa serpe, s'empare de la corde et tire de toutes ses forces. Le fagot, plaqué au sol avec le pied, ceinturé en son milieu par la corde, maigrit à vue d'oeil. Vite, un noeud pour qu'il garde sa jolie forme svelte et sa taille mannequin !   

Les fagots sont empilés pour former un tas de 10 unités : 4 à la base, 3 dans le rang au-dessus, ensuite 2 , et le dernier fagot trône seul au sommet. Jean-Paul n'aura qu'à compter les tas.

Dernier coup de serpe à 17h30 au signal donné par Jean-Paul. Une pause toutes les heures pour se ré-hydrater et discuter en prenant un verre généreusement rempli par Louis-Marie.

C'est Jean-Paul qui trouve les chantiers en contactant les gens ayant du bois à fagoter.

Des hommes de Nivillac, conduits par leur chef Auguste,  sont venus en renfort sur deux chantiers (Merci pour le coup de main)

Quand ils entendent le bruit sec des serpes, les promeneurs, sur le chemin qui longe le bois, s'arrêtent, intrigués,  pour observer ce tableau animé inhabituel.

Le Stakhanoviste du groupe – l'homme qui bat le record de production – peut faire 20 fagots dans son après-midi. La moyenne tourne autour de 15 fagots par personne (5 fagots à l'heure). Les fagots ne sont pas vendus au poids mais à l'unité (1 euro 40). Chaque fagot pèse environ une douzaine de kg. (Calculez la production totale en tonnes, si cela vous amuse... )

Celui qui donne gratuitement son bois à fagoter n'a pas la peine de le brûler sur place (pour chauffer les oiseaux du ciel en pure perte !) Au lieu de voir son bois partir en fumée, le donateur est heureux de savoir que son bois sera utilisé au service d'une bonne cause. Les fagoteurs eux-mêmes, qui ne pensent pas au mal de reins du lendemain, ont le plaisir de donner gratuitement de leur temps et de leur sueur pour faire une bonne action collective. .

Il y a aussi quelques fagoteurs « free-lance » qui font des fagots chez eux avec leur propre bois pour le compte de l'association.

Personnellement, au cours de ces après-midis, j'ai eu l'impression de rajeunir et d'être un jeune scout dans une troupe dynamique, au grand air, en pleine nature. Troupe scoute de vétérans : moyenne d'âge supérieure à 65 ans !

 Cela m'a fait penser aussi à  l'équipe des rouges de l'émission de télé Koh-Lanta quand les concurrents doivent couper du bois pour se construire une cabane...

Pas d'activité scoute du mercredi après-midi sans un chant scout : voici donc les paroles d'un chant de circonstance : Youkaïdi !

Nous sommes toujours contents, qu'il pleuve ou qu'il fass' beau temps

Serpe coupante à la main, nous taillons avec entrain

Youkaïdi .. aïda

Fair' des fagots pour Grégoire, ç'est redonner de l'espoir

Aux malades du Bénin qui en ont vraiment besoin

Youkaïdi .. aïda

Le projet à réussir : un hôpital à bâtir.

Tout seul on n'arrive à rien, en équipe on va plus loin.

Quand des homm's se mobilisent, pour une belle entreprise

Ca rapproche, ça crée des liens   L'Africain devient  voisin ! "

 

Posté par mlguiot à 22:45 - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires

  • Bravo....

    ...à ces braves qui en bavent pour Grégoire et ses malades! So-so-so-solidarité!!! Votre sueur cimentera les briques de Djougou!

    Posté par Jean-Paul Cyr, 07 mars 2011 à 01:32
  • MERCI

    UN GRAND MERCI AUX FAGOTEURS. Amitiés Fabienne & Sébastien, les consommateurs de fagots.

    Posté par fabienne & séba, 07 mars 2011 à 10:53
  • Les bras... et la tête !

    Bravo pour ce compte-rendu poétique plein de fraîcheur, il y a de l'énergie dans l'ouest !!!

    Posté par Benoît, 07 mars 2011 à 14:46
  • Vive nos boys au grand coeur et à la serpe agile !

    On aimerait tant que nos journaux soient remplis de témoignages enthousiastes comme celui de cette joyeuse patrouille ...Vous êtes tous formidables !
    Deux admiratrices.

    Posté par daviais, 08 mars 2011 à 10:09

Poster un commentaire